54 heures pour changer l’image de la mobilité lavalloise


ImageAuCarre_StartupWeekEnd-9.jpg
Crédit photo : Image au carré

Fort du succès de sa première édition consacrée au commerce électronique, le Startup Weekend Laval a organisé son deuxième rendez-vous, du 19 au 21 octobre 2018, autour de la verticale « Ville intelligente et mobilité ». L’objectif ? Se réapproprier le territoire par la mobilité, un enjeu crucial pour la municipalité de Laval, constituée d’une multitude de parcs industriels et d’îlots résidentiels. 

Pour la première fois, un Startup Weekend a été précédé par un coup d’envoi inversé. Les entrepreneurs ont ainsi eu pour mission de répondre à huit défis chiffrés, lancés par la Chambre de commerce et d’industrie de Laval (CCIL), la STL et la Ville de Laval. Pour Ghani Kolli, CEO de HumanYo et organisateur de l’événement, ce processus innovant permet de répondre simultanément à deux enjeux : « D’abord, nous voulions impliquer activement nos partenaires, afin qu’au-delà de leur contribution économique, ils partagent leurs données et répondent aux questions des entrepreneurs. Ensuite, nous souhaitions privilégier les idées liées au besoin du marché et aider les startups à décrocher leur premier client. »

La seconde édition du Startup Weekend Laval a réuni une trentaine de participants et impliqué une centaine de personnes. En 54 heures, les candidats ont notamment eu l’opportunité de suivre une session de Design Thinking, organisée par IBM, et un atelier de modèle d’affaires, proposé par HumanYo. Ils ont également bénéficié de l’accompagnement de coachs et mentors expérimentés. « Un entrepreneur qui participe à un Startup Weekend a 50 % plus de chance de réussir son projet. En 54 heures, il a emmagasiné l’équivalent d’un an d’expérience », résume Ghani Kolli. 

La délicate mission de départager les concurrents est revenue à un jury composé de Louise Leroux, PDG de la CCIL, de Louise Hodder, DG du Pôle régional d’économie sociale de Laval (PRESL), de Pierre Trépanier, chef de division mobilité à la Ville de Laval, de Jacques Fortin, directeur du Centre d’incubation et d’accélération en mobilité intelligente à Laval (CIAMIL), de Kevin Machabée, conseiller Innovation et Technologie à la STL, et de Jonathan Prince, fondateur de INGTECH. Les projets ont été évalués en fonction de leur niveau de validation sur le terrain, de la viabilité du modèle d’affaires et de la qualité de l’exécution du prototype. 

Le grand gagnant ? Blaise, ou « l’avenir des autobus publics ». Un pari de taille dans un contexte où les autobus publics voient leur achalandage décliner un peu partout en Amérique du Nord, et notamment à Montréal, où le nombre d’usagers de la STM a diminué de plus de 13 % entre 2012 et 20171. « Nous développons une solution universelle pour permettre aux sociétés de transport en commun d’offrir des autobus à la demande », explique Justin Hunt, PDG et cofondateur de Blaise. Comment ? Par la mise en place d’itinéraires dynamiques, regroupant les usagers avec des origines et destinations similaires, le long de corridors à fortes demandes. À Laval, Blaise permettrait d’apporter concrètement une solution aux défis liés à l’accès de la main-d’œuvre aux parcs industriels et, par conséquent, au recrutement et à la rétention des employés. 

Le deuxième prix a été décerné à la Coop de solidarité Modovox. En partant de son vécu, le Lavallois Adler Louis-Jean a eu l’idée d’une plateforme Internet pour connecter les citoyens qui cherchent de l’information sur les événements indépendants et les artistes qui organisent leurs spectacles mobiles. Les usagers peuvent voir qui de leurs amis va assister à un événement donné et organiser le moyen de s’y rendre grâce au planificateur de trajets. Les artistes ont eux accès à des fourgonnettes électriques pour transporter leur matériel. Modovox offre également des stations pop-up shops intégrant camionnettes, location de vélo-partage, nourriture santé et borne Wi-Fi dans des quartiers avec des masses critiques éloignées du centre-ville. Une belle idée pour décentraliser l’offre culturelle et renforcer le sentiment d’appartenance à la ville !

C’est à Roundtrip, un outil de collaboration pour optimiser le transport imaginé par Anas Merbouh et Ayoub Oubalkass, deux élèves du Collège Montmorency, qu’est revenu le troisième prix. Parmi les éléments faisant la différence, on retiendra la possibilité de planifier son trajet retour, les notifications aux 15 minutes avant le passage du prochain autobus et l’intégration d’une option de covoiturage. L’application, ciblant les utilisateurs de transport en commun, pourrait séduire tant les centres commerciaux que les sociétés de transport. Enfin, Québec Transparent, un projet avec une forte composante d’innovation sociale permettant de présenter la province sous forme de graphiques, a reçu le quatrième prix. 

Chacun des lauréats s’est vu attribuer des services professionnels : conseils stratégiques et juridiques, membership à la CCIL, services Web, espace bureau… Dans les semaines suivant le Startup Weekend de Laval, le CIAMIL met en relation les gagnants avec les commanditaires et partenaires ayant offert des prix. Rendez-vous au post-événement du 5 décembre pour voir si ces startups prometteuses auront d’ores et déjà réussi à décrocher leur premier contrat !

 

1. La Gazette de Montréal, juillet 2018.


À propos de l'auteur

Florence Dujoux

Journaliste

Publicité: Publicité: Publicité:

Derniers articles

Nos partenaires

CCIL Logo

La Chambre de commerce et d'Industrie de Laval a 50 ans.

Pour nous suivre:

Derniers articles

Nous joindre

1455, rue Michelin,
Laval (Québec)
H7L 4S2

Tél. 450 682-5255
Fax. 450 682-5735