Aller « petit déjeuner et déjeuner en un seul repas » ! [Blo

Aller « petit déjeuner et déjeuner en un seul repas » ! [Blogue]


3.jpg

Par un beau samedi froid de janvier, je décide d’aller « bruncher » avec des amies dans un de ces grands centres d’achat lavallois. Les trottoirs sont encore glacés et il faut se rendre dans un grand stationnement extérieur pour arriver jusqu’à cet endroit où nous nous ravitaillerons bien au chaud alors qu’il fait - 20 degrés dehors. Nous pénètrons à l’intérieur sans savoir ce qui nous attend, hormis que nous avions décidé de « bruncher » !

« Bruncher »… Force est de constater qu’il n’existe pas de terme aussi précis en français pour désigner « ce repas du midi qui combine petit déjeuner et déjeuner en un seul repas ». Le dire ainsi serait bien long... Une chance, cet anglicisme est accepté par l’Office québécois de la langue française. Nous pouvons donc continuer à l’utiliser allègrement pour désigner ce repas qui est une véritable tradition pour se réunir les fins de semaine.

À peine entrées que nous sommes tout de suite accueillies par un serveur qui nous interroge en français sur le nombre de personnes que nous serons. Nous lui confirmons que nous sommes déjà toutes présentes ! Ils nous invitent à le suivre, nous nous installons à une table confortablement. L’endroit est beau et vaste, avec une décoration moderne. D’un bref coup d’œil, je vois que nous ne sommes pas les seules à avoir décidé de venir « bruncher » ici.

Le restaurant est effectivement rempli de ces personnes qui ont décidé, tout comme nous, de se réunir dans un lieu agréable : des couples, des amis et des familles. De grandes tablées familiales, il y en a plusieurs ! En y regardant de plus près, les personnes sont d’origines variées, à l’image de Laval dont la population est de plus en plus métissée. Ça parle français et anglais à une même table, et même parfois une autre langue !

Les serveurs semblent d’ailleurs habitués à jongler entre le français et l’anglais. Ils répondent dans la langue qu’ils entendent. Il reste, qu’aux dires du responsable du restaurant, 70 % de la clientèle est francophone, comparativement à 30 % qui est anglophone. Alors la langue la plus fréquemment utilisée reste pour ses employés le français, mais si ceux-ci parlent aussi anglais.

Il semble qu’ici on s’adapte avant tout à la langue des interlocuteurs, comme cette dame âgée qui, en se dirigeant vers la sortie, passe devant notre table et s’arrête pour complimenter une de mes amies sur la beauté de sa veste. Avant de s’adresser à elle, elle lui demande : « Est-ce que vous parlez français ? »

 

 

 

 

Avec la contribution financière de :


À propos de l'auteur

Publicité: Publicité:

Derniers articles

Nos partenaires

CCIL Logo

La Chambre de commerce et d'Industrie de Laval a 50 ans.

Pour nous suivre:

Derniers articles

Nous joindre

1455, rue Michelin,
Laval (Québec)
H7L 4S2

Tél. 450 682-5255
Fax. 450 682-5735