Élections Québec 2018 : à quoi s'attendre pour les PME ?

Élections Québec 2018 : à quoi s'attendre pour les PME ?


Le 1er octobre sera jour d’élections provinciales au Québec et les candidats des différents partis représentés à l’Assemblée nationale ont plusieurs propositions pour la communauté d’affaires de Laval. Voici un résumé en ce qui concerne la prospérité des PME. 

CAQ
Donner aux entreprises les moyens de mieux prospérer 
Entrepreneur à la tête de Cas Médic qui réalise des tests de diagnostic et des vaccins, le candidat de Sainte-Rose de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Christopher Skeete, se dit bien conscient des difficultés vécues par les dirigeants de PME. Pour mieux répondre aux besoins du terrain, la CAQ souhaite notamment qu’Investissement Québec soutienne mieux les entreprises dans leur développement à l’international. 

« En ce moment, Investissement Québec se trouve un peu trop en concurrence avec les banques en offrant différents prêts », affirme Christopher Skeete. « Nous voulons que l’organisme aide davantage les entreprises locales à développer de nouveaux marchés à l’étranger pour faire mieux avancer l’économie québécoise. » 

La CAQ souhaite également qu’un plus grand nombre d’initiatives de projets de recherche aboutissent en brevets. 

« On est très innovants au Québec, mais beaucoup d’études et de projets de recherche restent au stade de la théorie », constate le porte-parole de la CAQ pour Laval. « Nous voulons développer une meilleure collaboration entre les universités et les entreprises pour aller chercher plus de brevets afin de profiter pleinement du potentiel commercial de notre savoir. C’est en lien direct avec notre productivité et notre compétitivité à l’international. »

PLQ
Poursuivre le travail pour moderniser les PME
Le Parti libéral du Québec (PLQ) est intervenu auprès des PME lors de ses quatre dernières années au pouvoir, notamment via son initiative Manufacturiers Innovants. 

« Le gouvernement a organisé une tournée régionale avec Investissement Québec qui a réuni plus de 3 000 entrepreneurs et qui a représenté des investissements gouvernementaux de 1 milliard de dollars dans des projets novateurs : il faut continuer dans cette voie pour que ces investissements rayonnent ici et sur les différents marchés d’exportation », affirme Francine Charbonneau, ministre responsable des Aînés, de la Lutte contre l’intimidation et de la région de Laval, qui est à nouveau candidate dans la circonscription des Mille-Îles. 

Cette modernisation sera salutaire à plusieurs niveaux, d’après la ministre. 

« La modernisation permet de faire plus avec moins et c’est particulièrement important alors que les entreprises ont de grands besoins de main-d’œuvre. L’immigration ne viendra pas tout régler. Il faut continuer à reconnaître et à encourager l’innovation. Et même si Laval fait partie de la région métropolitaine de Montréal, c’est aussi une région à part entière avec ses services, ses produits et ses cerveaux qui ont une place dans le Québec innovant. » 

PQ
Simplifier la vie des entrepreneurs 
Après avoir réalisé sa tournée Priorité PME, le Parti québécois (PQ) a identifié plusieurs enjeux et il propose maintenant des solutions pour simplifier la vie des dirigeants de PME. 

D’abord, Jocelyn Caron, candidat du PQ dans Laval-des-Rapides, parle de « donner le droit à l’erreur ». 

« Se lancer en affaires est un défi et les autorités fiscales devraient donner une deuxième chance à une PME qui commet une erreur de bonne foi », affirme-t-il. « Le cadre fiscal et règlementaire est complexe et, en ce moment, les amendes sont importantes si l’entrepreneur manque par exemple une seule journée de paiement. Donner le droit à l’erreur aiderait la phase de démarrage des entreprises. »

Le PQ promet aussi d’instaurer un esprit de collaboration entre les entreprises et Revenu Québec. 

Directeur des opérations de la PME Groupe Investissement Responsable, Jocelyn Caron mentionne aussi que les entreprises devraient fournir une seule fois leurs informations au gouvernement, par exemple pour obtenir une subvention ou un permis. 

« Toujours avoir à donner les mêmes informations nuit à la productivité des PME », affirme-t-il. 

Pour améliorer la santé financière de nombreuses PME, le PQ propose aussi d’obliger le paiement de biens et de services à l’intérieur de 30 jours et d’instaurer une procédure accélérée et à moindre coût pour réclamer d’éventuelles sommes dues à des clients. 

Enfin, le PQ souhaite mieux diffuser l’information par rapport à ses programmes et mettre en place un réseau d’agents pour offrir de l’aide personnalisée aux PME. 

Pour s’assurer d’appliquer ces mesures rapidement, le PQ nommerait un ministre délégué aux PME qui relèverait directement du premier ministre. 

QS
Pour une économie au service de la collectivité 
Québec solidaire (QS) propose pour sa part tout un changement en matière d’économie. 

« Nous voulons réorienter l’économie sur les besoins de la collectivité et cesser la course effrénée au profit qui met en péril l’avenir des générations », affirme Rabah Moulla, candidat de QS dans Chomedey et enseignant en informatique au collégial. 

Pour y arriver, QS souhaite lutter de façon acharnée contre l’évasion fiscale qui prive l’État de revenus importants, puis instaurer une fiscalité plus progressive autant pour les particuliers que pour les entreprises. Ainsi, le taux d’imposition des grandes entreprises (500 employés et plus) passerait de 11,7 % à 14,5 % alors que celui des PME resterait le même.

QS a également l’intention de mieux soutenir les PME. 

« Nous souhaitons créer des conseils régionaux de développement (CRD) composés d’élus locaux, de citoyens et de représentants de la société civile qui auraient accès à un fonds en développement économique pour soutenir les PME au niveau local », explique le candidat. 

Alors qu’il reste encore quelques agriculteurs à Laval, le parti souhaite également mieux soutenir ce secteur économique en encourageant les reprises familiales et le démarrage d’entreprises par de jeunes diplômés. 

De plus, QS milite pour un salaire minimum à 15 $. 

« Lutter contre la pauvreté permet d’augmenter le pouvoir d’achat », affirme le candidat, « donc la consommation des ménages, alors c’est bon aussi pour les entreprises locales. »
 


À propos de l'auteur

Martine  Letarte

Martine Letarte

Journaliste indépendante depuis 2005, Martine Letarte écrit pour plusieurs médias dont La Presse, Le Devoir, Québec Science et Géo Plein Air. Sa grande curiosité l’amène à toucher à une variété de sujets dans différents domaines, de l’entrepreneuriat à l’éducation en passant par le développement durable, la santé et l’activité physique. Elle a aussi coécrit le Petit manuel du travail autonome, conseils et témoignages, publié en 2013, aux Éditions La Presse.

Publicité: Publicité:

Derniers articles

Nos partenaires

CCIL Logo

La Chambre de commerce et d'Industrie de Laval a 50 ans.

Pour nous suivre:

Derniers articles

Nous joindre

1455, rue Michelin,
Laval (Québec)
H7L 4S2

Tél. 450 682-5255
Fax. 450 682-5735