MEDIAVORE : faire de la qualité du français la fondation du

MEDIAVORE : faire de la qualité du français la fondation du succès d’une entreprise


blake-wisz-Xn5FbEM9564-unsplash (1).jpg

Grâce aux valeurs de MEDIAVORE, il est fini le temps des préjugés à propos des programmeurs ou des créateurs marketing, souvent accusés de parler un franglais incompréhensible. La perfection du français écrit et parlé dans les communications est non seulement une condition d’embauche, mais la fondation même de l’esprit qui a conduit au succès de l’entreprise lavalloise. « C’est dans notre culture », partage son cofondateur, Alexandre Jalbert.

« On a vite compris que la qualité du français était un enjeu très net pour nous démarquer. On se faisait dire "enfin quelqu’un qui gère comme il faut". Chez nous, c’est cette réputation qui nous amène la clientèle. Tout doit être bien écrit, sans erreurs syntaxiques ni orthographiques. Les retombées sont très positives », rajoute avec fierté le stratège numérique.

Alexandre Jalbert poursuit : « Au fil des années, nous avons dû réaliser notre travail avec des technologies mal adaptées à la langue française pour les besoins d’ici. Le langage était soit en anglais, soit bilingue, ou plusieurs mots anglophones n’étaient pas traduits. C’était devenu un irritant majeur. »

De là est né une seconde entreprise, DVORE, qui offre une panoplie d’outils informatiques d’administration des affaires en français. Ils permettent de gérer les achats, les factures et toutes les relations avec les fournisseurs et la clientèle dans un français impeccable. « Nous créons tous les processus de gestion de projet en français », décrit-il.  

Vendre en français

Alexandre Jalbert croit que tous les commerces de détail devraient vendre en ligne prioritairement en français. Par contre, il reconnaît que bien des commerces regardent plus loin que le Québec. L’unilinguisme français d’un site Web leur laisse le sentiment de perdre des ventes.

« Nous leur proposons de créer deux versions pour leur site Web, l’une en français, l’autre en anglais. On ne leur dit pas de changer leurs habitudes, mais nous les conscientisons. Ce n’est pas plus compliqué, pas tellement plus cher. Finalement, ça leur paraît une bonne idée », poursuit le communicateur.

Mais il sait que la bataille doit être menée au quotidien. « Raison de plus pour avoir d’excellents outils pour travailler en français », conclut-il.

Avec la contribution financière de :


À propos de l'auteur

Denise Proulx

Denise Proulx est une journaliste indépendante depuis trois décennies. Elle a travaillé dans la plupart des magazines et médias de masse, tant à l’écrit qu’à la télévision, pour lesquels elle a couvert une multitude de questions régionales, nationales et internationales. Au fil des années, Denise Proulx s’est spécialisée en économie, environnement et en agriculture. Parallèlement à sa passion pour le journalisme, elle enseigne les enjeux de l’environnement à l’Institut des sciences de l’environnement à l’UQAM. Citoyenne engagée, elle participe à des actions citoyennes en faveur de la protection de la nature.

Publicité: Publicité: Publicité:

Derniers articles

Nos partenaires

CCIL Logo

La Chambre de commerce et d'Industrie de Laval a 50 ans.

Pour nous suivre:

Derniers articles

Nous joindre

1455, rue Michelin,
Laval (Québec)
H7L 4S2

Tél. 450 682-5255
Fax. 450 682-5735