Monter à bord du 4.0


DSCF9294.jpg
Crédit photo : Annie Bourque

Les entreprises qui investissent dans le virage 4.0 constatent des bénéfices tangibles dont l’assurance d’une meilleure qualité, l'augmentation de productivité et la diminution des coûts de production.

Un exemple ? « On note une diminution de 15 % liée aux défauts de fabrication », illustre Gilles Gagné, directeur des ventes d’Atlas Copco, lors d’une entrevue réalisée dans le mastodonte du Roadshow. Ce camion, présent au Complexe sportif Guimond à la fin du mois de mai dernier, présente les plus récents équipements du monde de la connectivité et du fameux 4.0.


Au Complexe sportif Guimond de Laval, le Roadshow a attiré les chefs d’entreprises intéressés par les nouvelles technologies liées à l’intelligence virtuelle. Crédit : Annie Bourque

Dans un langage simple et coloré, M. Gagné donne des explications aux visiteurs. « Le 4.0, dit-il, c’est la quatrième génération de l’industrie qui est collée sur l’acquisition de données. Ces informations permettent par exemple d’identifier les erreurs à toutes les étapes des procédés. »

Un homme d’affaires de Québec, Yves Proteau, co-président d’APN compare le phénomène à un GPS en entreprise. « C’est comme si le système nous parle et nous avertit de quelque chose. »

Réaction

Avec ces informations en main, l’homme d’affaires doit réagir et être pro-actif. Il peut alors se poser les bonnes questions. « Comment vais-je faire maintenant pour réduire mon échéancier ou améliorer mon produit ? »

L’entreprise BRP a refait son usine avec des outillages intelligents. Cela lui a permis une plus grande flexibilité avec ses clients qui sont maintenant capables de commander en ligne.


Gilles Gagné, vice-président des ventes chez Atlas Copco explique l’importance d’investir dans l’acquisition de données. Crédit : Annie Bourque

Compétitive

M. Gagné estime important de prendre le virage intelligent du 4.0 ou de l’automatisation. « Pour être compétitive face au marché asiatique ou de l’Europe, il faut que l’industrie se modernise et qu’elle utilise cette technologie-là », dit-il.

Sur place, pendant deux jours, il a présenté aux entreprises comme General Dynanic, Nova Bus, les nouvelles technologies en matière d’intelligence artificielle.

« Tout ce que vous voyez ici, n’existait pas il y a cinq ans. Tout évolue tellement vite. » - Gilles Gagné d’Atlas Copco.

Les gens d’affaires ont pris la peine d’assister aux diverses démonstrations.

Prix

Quel est le prix pour se convertir à l’automatisation ? « C’est un investissement majeur, estime Gilles Gagné, mais le coût permet de sauver sur la main-d’œuvre, le temps de production, les erreurs de fabrication. »

Le virage 4.0 est comparable à un train en marche et il est important de sauter à l’intérieur. Les entreprises qui n’embarqueront pas dans le virage 4.0 vont se faire surpasser par d’autres, situées ailleurs sur l’échiquier de la planète.

Concept allemand

Le concept de l'industrie 4.0 a pris naissance en 2011, en Allemagne. Le pays souhaitait rendre plus performant son secteur manufacturier. D’autres pays emboîtent le pas du 4.0 ailleurs en Europe, aux États-Unis, en Chine. Tous investissent massivement dans l'achat de robots et intègrent l'intelligence artificielle dans leurs usines.  Source : Journal Les Affaires.

 


À propos de l'auteur

Annie  Bourque

Annie Bourque

Recherchiste d'expérience devenue journaliste-pigiste pour différents magazines. Annie aime raconter le parcours de gens inspirants et mettre en valeur des femmes et des hommes qui osent emprunter un chemin différent.

Publicité: Publicité: Publicité:

Derniers articles

Nos partenaires

CCIL Logo

La Chambre de commerce et d'Industrie de Laval a 50 ans.

Pour nous suivre:

Derniers articles

Nous joindre

1555, boulevard Chomedey,
bureau 200,
Laval (Québec) H7V 3Z1

Tél. 450 682-5255
Fax. 450 682-5735